Patrick Dubost : Nos frères & nos soeurs les animaux

« Ici, un travail essentiellement à partir de noms d’animaux, à base de sampling & jeu clavier, mais aussi de mots mis à l’envers, puis dits et enregistrés dits à l’envers pour être de nouveau inversés, donnant alors comme une langue extraterrestre… Le tout sur un texte aux frontières du « presque rien »… La voix grave est aussi la mienne, parfaitement naturelle et sans effets, attrapée sur quelques jours où j’avais la gorge bien prise… Ce travail a été réalisé lors de sessions Ecrits/Studio, puis approfondi lors d’une résidence d’écriture à la Ferme des Lettres, vers Montauban, puis ces derniers jours lors du confinement, à Lyon, en mars/avril 2020… Il est préférable de l’écouter au casque… »

Patrick Dubost

 

Louis Bertolom : De la fenêtre

De la fenêtre

Crachin silencieux

le bitume luit

respirent les herbes

les pneus chuchotent

au passage mouillé

 

De ma fenêtre close

le ciel gris affaissé

assombrit les ardoises

des pas sous un parapluie

rythment ma pendule

 

Troisième étage

buvant un café

je caresse du regard

myosotis et camélias

qui prennent la douche

 

L’ombre s’étale

avec les gouttes

le matin peine

à ouvrir ses paupières

dans le frisson du jour

 

Une étrange tristesse

m’envahit lentement

la pie sur un balcon

s’ébroue et repart

dans l’air criblé

 

Parsemé de larmes

ma vitre tente

d’éclairer la page

que je vais noircir

comme les nuages

 

© Louis Bertholom, Quimper, le 28 avril 2020 (inédit)

 

 

 

Miguel Ángel Real – 10/04/2020

Assis à mon bureau, je relève le défi de dessiner des êtres impossibles, et le résultat est une étreinte en devenir, l’arythmie des pas que j’imagine, la décomposition des fleurs derrière un nuage qui ne passe pas. Il faut que j’apprenne à esquisser sans cesse des lignes que j’ignore, que me je m’efforce à peindre avec les couleurs qui se cachent derrière l’horizon, que je ne tremble pas au moment d’expliquer le monde à mes filles : mais même les tours d’ivoire ne sont qu’un mirage. Nous n’aurons pas d’autre avenir que de briser les cadres.

Miguel Ángel Real, 10/04/2020

 

Jean Jacques Nadon : Où va l’humanité?

Où va l’humanité?

Tour, gratte-ciel
Faîtes de verres
D’acier trempé
Exemple de modernité

Soi-disant!

Humaine est la volonté
De vouloir s’élever
Graduer, sélectionner
Ranger, cataloguer

En soi des castes créer
Certains la base écraser
Mais sans base
Rien n’est possible
Ou non facilité

Le salut de l’humanité
Est là !, et bien là !

L’étroitesse d’esprit
Freine ses avancées
Les cerveaux éclairés
Mettent en place
Des escabeaux

En fait échelle sociale
Remettre le pied à l’étrier
Remonter,
Ces pentes escarpées
D’ imbécilités !

Pouvoir rayonner
Dans une égalitaire société

Et place meilleure trouver

 

Jean Jacques Nadon

 

 

Chiaras Mulas : « Hommage à la Bretagne » (Série Masques)

Evit enoriñ Breizhiz. Bevet Breizh dieub en enor hag en dizalc’ hiezh!
Frankiz! Mor hag arvor.

 

Signé : Gouelan lost du.

 

 

« 52°JOUR DE CONFINEMENT : Il est désormais impossible d’acheter des masques en pharmacie.
PAS DE SOUCI!Aujourd’hui : Masque Hommage à la Bretagne: Frankiz breizh ar mor.Le peuple breton appelle à libérer les plages, le cri du goéland aujourd’hui est la Blanche Hermine. Rendez la mer aux bretons! »